Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La délégation eurélienne à la sortie du ministère.
La délégation eurélienne à la sortie du ministère.

Compte-rendu de la rencontre avec Monsieur Vincent JECHOUX

Conseiller auprès de Madame la Ministre de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie (MEDDE)

Mardi 16 décembre 2014 à 9 heures

Cabinet de la Ministre, 246, bd St Germain - 75007 Paris

Cette rencontre a été obtenue après de longues tractations auprès du cabinet de la MEDDE, Ségolène Royal, afin de remplacer le RDV obtenu le 3 juillet et annulé par le conseiller Jechoux le vendredi 27 juin 2014.

Étaient présents :

  • Germaine FRAUDIN, président de l’AVERN

  • Jean-Louis LATOUR, président de VIVAVRE

  • Jean-Marie PILLET, vice président de l’ASCVEG

  • François BREDON, président de SAINT-PREST ET GASVILLE OISEME ENVIRONNEMENT

  • Martine CARRE, secrétaire de SAINT-PREST ET GASVILLE OISEME ENVIRONNEMENT

  • Martine TROFLEAU, présidente de la FEEL

Monsieur Vincent JECHOUX qui nous a reçus pour la MEDDE, est membre du cabinet de S. Royal, conseiller en biodiversité, agroécologie et droit de l’environnement.

Objet de la rencontre :

  • Présenter à Madame la MEDDE la vision citoyenne des Euréliens de l’aménagement de la RN 154, en alternative à la mise en concession.

  • Exprimer à nouveau nos demandes en matière d’évaluation de nos propositions

I- Présentation de la vision citoyenne du projet de l’aménagement de la RN 154 et du rayonnement de cette vision à travers toutes les actions menées

À la demande de Vincent Jechoux, un bref rappel historique de la procédure a été fait. Des faits importants de non respect de la démocratie participative ont été pointés.

La lettre de l’ancien Ministre Cuvillier en date du 3 février 2014, a été rappelée dans son affirmation intolérable, car fausse, de l’inexistence de « problèmes majeurs d’acceptabilité au plan local ».

Nous avons rappelé à travers de nombreux exemples d’actions –dont le dépôt de milliers de pétitions remises en main propre au cabinet du Ministre Cuvillier –que les élus savaient – les préfets savaient ET l’ancien Ministre Cuvillier savait qu’il existe des « problèmes majeurs d’acceptabilité au plan local ».

Nous avons expliqué que notre vision globale et alternative de notre projet multimodal, s’intègre dans les critères de la feuille de route de la Commission « Mobilité 21 » : aménager l’existant ; privilégier les usages quotidiens ; éviter l’artificialisation des terres agricoles. Un dossier de documents a été remis à Vincent Jechoux.

II- Pprésentation des grandes lignes du projet routier alternatif à la mise en concession

Les grandes lignes du projet routier alternatif ont été présentées ; ce projet s’appuie sur un diagnostic très différent du diagnostic fait par l’Etat au moment du Débat Public ; le diagnostic fait par l’Etat est un diagnostic "non partagé" (trafic, accidents, et surtout impact écologique).

Un dossier technique et cartographique a été remis à Vincent Jechoux.

III – Réaffirmation des demandes

° Nous demandons : - Une évaluation du coût de notre proposition d’aménagement routier, tronçon par tronçon ;

- Une évaluation détaillée de l’impact environnemental, tronçon par tronçon.

Cette double demande fait partie des recommandations du Président du Débat Public (recommandation qui a été lue en partie - P. 72 « En conclusion » du Compte rendu du Débat Public) :

« En conclusion de ce compte-rendu, nous recommandons avec force que le maître d’ouvrage reprenne rapidement une concertation ouverte avec l’ensemble des acteurs locaux et qu’il ne ferme la porte à aucune solution d’aménagement ou de financement avant qu’elle n’ait été sérieusement explorée. À ce titre, il nous apparaît nécessaire qu’il étudie, en concertation avec les acteurs locaux, les diverses solutions alternatives d’aménagement, dont certaines qu’il a évoquées lui-même dans son dossier pour pratiquement les écarter en réunion publique, et d’autres qui émanent du débat. »

Nous avons aussi demandé que notre proposition soit annoncée par les représentants de l’État comme une solution alternative à la mise en concession et qu’elle puisse être présentée comme telle durant la 2ème vague de concertation qui est actuellement en cours.

En conclusion, le Conseiller Vincent Jechoux s’est engagé à transmettre nos remarques et demandes à Madame la Ministre Ségolène Royal et à nous tenir au courant du suivi de cette démarche.

Partager cet article

Repost 0