Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les responsables des associations. A droite, Martine Trofleau, présidente de la FEEL.Les responsables des associations. A droite, Martine Trofleau, présidente de la FEEL.

Les responsables des associations. A droite, Martine Trofleau, présidente de la FEEL.

Les associations qui oeuvrent contre la mise en concession des nationales 12 et 154, sont allées rencontrer le sous-préfet de Dreux M. Wassim Kamel. C'était le jeudi 22 octobre. Toutes associations du département (Jouons Collectif, St-Prest-Gasville-Oisème Environnement, UFC 28 Que Choisir,La Presle, ASCVEG, AVERN, Vivavre) étaient réunies autour de la présidente de la FEEL (Fédération Environnement Eure-et-Loir), Martine Trofleau.

L'échange avec le représentant de l'Etat a été cordial. Il a promis de transmettre nos préoccupations.

_______________________________________________________________________________

Nous n’aurions jamais dû nous rencontrer !

Monsieur le Sous-préfet, l’ensemble des associations ici présentes militent depuis plusieurs années afin que n’aboutisse pas le projet d’autoroute concédée.

Je voudrais vous rappeler pourquoi nous ne devrions pas être ici aujourd’hui, ni vous, ni nous.

En effet ce projet n’aurait pas dû voir le jour ou aurait dû être abandonné SI :

  • Si, les précédentes décisions avaient été mises en œuvre,

  • Si, les conclusions d’échecs précédents avaient été tirées,

  • Si, les processus démocratiques avaient été écoutés,

ainsi le projet de création d’une autoroute avec mise en concession en réutilisant des tracés déjà payés par le contribuable sur les RN 154 et RN 12 et dans la traversée de l’Eure & Loir n’aurait plus dû être évoqué :

  1. Si le contrat de plan État – Région 2000-2006 avait été appliqué dans son intégralité, il prévoyait le financement de la réouverture aux voyageurs de la ligne SNCF Chartres – Orléans mais en 2005 l’État a renié sa signature, et cette réouverture n’est toujours pas effective permettant de présenter des trafics supérieurs sur une autoroute à ce qu’ils seraient avec la ligne SNCF réouverte.

  1. Si les enseignements de l’ouverture de l’ A 19 qui n’a jamais atteint ses objectifs de trafic avaient été tirés,

  1. Si les orientations du Schéma National des Infrastructures et des Transports (SNIT) de 2011 avaient été respectées, ces orientations prévoyaient :

    • d’ «optimiser le système de transport existant et de limiter la création de nouvelles infrastructures »,

    • d’ «améliorer les performances du système de transport dans la desserte des populations »,

    • d’ «améliorer les performances énergétiques (limiter les émissions de gaz à effet de serre, limiter la dépendance aux hydrocarbures)»,

    • de «réduire l’empreinte environnementale des infrastructures et équipements de transports»,

Ce sont 4 objectifs que nous approuvons pleinement, mais le projet d’autoroute qui nous réunit aujourd’hui ne répond à aucun d’entre eux.

  1. Si les propositions des associations et les conclusions de la Commission de Débat Public en 2010 / 2011 avaient été suivies d’effets :

Les revendications principales des associations étaient alors :

  • OUI à l’aménagement de la RN 154 en 2×2 voies,

  • NON à la destruction de 4 vallées et de la biodiversité,

  • NON à la destruction des territoires agricoles,

  • NON à l’autoroute A 154 Nonancourt – Allaines.,

  • OUI à la réouverture aux voyageurs de la ligne Chartres – Orléans et aux études pour la réouverture de Dreux-Chartres.

Ces demandes associaient le développement économique local et la préservation de l’environnement. Elles demeurent nos objectifs dans nos actions contre l’avancée du projet autoroutier et nous en avons proposé la mise la mise en œuvre en élaborant un projet alternatif « MOB 28 ».

La commission de débat public avait « recommandé avec force que le maître d’ouvrage ne ferme la porte à aucune solution d’aménagement ou de financement avant qu’elle n’ait été sérieusement explorée. » Avec promesse du Maître d’Ouvrage d’étudier le projet alternatif proposé alors par un collectif d’associations sur le Drouais, il n’a pas pu être étudié.

A noter que le débat public ne portait que sur la RN 154, l’aménagement de la RN 12 a été introduit postérieurement.

  1. Et enfin et surtout, le dernier élément qui aurait dû faire disparaître le projet est l’application des conclusions de la commission MOBILITE 21 (juin 2014).

Cette commission en tenant compte de la raréfaction des crédits et des réels besoins des populations avait classée le projet d’autoroute sur les RN 154 et RN 12 dans ceux qui n’étaient à ne réaliser qu’entre 2030 et 2050, donc après ceux qui étaient vraiment utiles.

Or nous pouvons constater que les conclusions de cette commission pourtant mise en place par l’État sont généralement passées sous silence, les représentants de d’État devraient systématiquement en rappeler les conclusions.

Or par exemple la commission Mobilité 21 n’a pas été évoquée notamment par M. le préfet de région lors du dernier comité de suivi.

La reprise à marche forcée du projet résulte d’une délégation de « grands élus locaux » : des conseillers généraux, des maires accompagnés du Président de la région Centre (appellation d’alors), auprès du ministre M. Cuvillier. Tous les membres de la délégation affirmant à tort que «la mise en concession ne soulève pas de problèmes d’acceptabilité au niveau local». Or ils savaient tous que cette contestation existait, qu’elle s’était fortement manifestée lors du débat public et que les associations ont maintenu la pression depuis.

Tous ces éléments qui se sont accumulés au fil du temps auraient logiquement dû aboutir à ce que nous ne soyons pas là aujourd’hui. Mais puisque l’Etat et une majorité d’élus en ont tiré – contre toute logique – des conclusions inverses nous continuerons si cette marche forcée se poursuit, à agir en s’appuyant sur nos critères et nos propositions notamment lors de l’enquête d’utilité publique pour que le projet d’autoroutier n’aboutisse pas.

Gérard BRETEAUX

secrétaire de la F.E.E.L. et membre du Conseil d’Administration de l’UFC Que Choisir 28.

Partager cet article

Repost 0