Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le 19 avril 2016, Gédia, fournisseur et producteur d’énergie renouvelable, a organisé au CinéCentre une projection privée du film « DEMAIN » que Cyril Dion, un Drouais, a co-réalisé avec Mélanie Laurent. Ce documentaire a obtenu dernièrement un César.

En préambule, Philippe Rive, directeur général de Gédia, présentait son invité devant une salle quasi comble en rappelant les objectifs ambitieux de l’entreprise qu’il dirige en matière de production d’énergie non fossile.

En réponse à son hôte, Cyril Dion s’enquiert du public qu’il a devant lui en demandant s’il y a des élus dans la salle, environ cinquante mains se sont levées et autant pour le monde associatif. Ravis qu’autant de responsables prennent conscience de la nécessité absolue de réagir rapidement devant l’ampleur de la catastrophe planétaire que l’homme s’ingénie à organiser en s’autodétruisant.

J’ai revu le film avec autant de plaisir que la première fois, sur les cinq thèmes que les auteurs ont développés : l’agriculture, l’énergie, l’économie, la démocratie et l’éducation.

Au fur et à mesure de l’avancée du film, j’avoue que j’étais moins attentif, je le voyais pour la seconde fois et j’avais lu le livre. De temps en temps, je raconte quelques extraits de la version enfant à mon petit-fils.

Je me suis surpris à plusieurs reprises à partir dans un « rêve éveillé » à mélanger les argumentations du film avec celles, toutes proportions gardées, que nous déployons dans notre lutte contre l’autoroute A154.

Sans doute interpellé par la présence dans la salle de tant d’élus de l’Agglo. Ces élus, entraînés par la volonté des présidents d’Agglo, Chartres et Dreux, avec les députés et sénateurs, sont majoritairement favorables à la construction de cette autoroute concédée à une société privée. Puisqu’ils sont dans la salle, ils ne pourront logiquement pas ressortir dans le même état d’esprit que lorsqu’ils sont entrés.

En regardant le film, chaque mot : « construction » – « autoroute » – « société privée » – devrait les interpeller et les pousser à une réflexion sur l’utilité en 2016 de ce projet inutile puisque notre proposition, le « Projet MOB28 », trois fois plus économique et moins spoliateur, est largement suffisant pour répondre aux besoins futurs. Le contraire serait à désespérer.

J’élaborais tout doucement la question que j’allais poser. Cyril Dion ayant pris publiquement position lorsqu’il fut interviewé par l’Echo en février dernier, où il affichait son opposition à la privatisation de l’A154, je voyais dans ma question une certaine cohérence.

« Je m’adresse principalement aux nombreux élus qui sont dans la salle, majoritairement favorables à la construction de l'A154 qui traverserait le département du Nord au Sud, de Nonancourt à Allaines, en détruisant irrémédiablement 660 hectares de terres agricoles.

660 ha, c’est l’équivalent de près de la moitié de la forêt de Châteauneuf ou du cinquième de la forêt de Dreux.

660 ha qui ne produiront plus jamais rien, non seulement des milliers de tonnes de céréales mais aussi en ne jouant plus leur rôle déterminant dans la régulation du niveau de CO2 atmosphérique.

En voyant ce film, n’avez-vous pas l’impression de vous engager dans une erreur monumentale, écologique, économique, politique et sanitaire et de vous rendre complice d’un immense gâchis qu’il est encore temps de l’éviter ? »

Mais hélas, malgré mon insistance à demander la parole, les questions furent réduites à deux dont je n’ai pas saisi l’intérêt général.

Je ne saurai donc jamais si j’aurais été hué ou applaudi.

Jean-Marie Pillet

Vice-président de l’ASCVEG

Partager cet article

Repost 0