Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hier jeudi, autour de la FEEL, l’ensemble des associations anti-autoroute s’était allié aux syndicats pour exprimer leur opposition sur le projet de l’A 154 privatisée.

On peut dire que ce fut un succès relaté dans l'Echo d’aujourd’hui, FR3 était en grève.

 

Plus de 200 sympathisants s’étaient réunis au Péage pour distribuer des tracts et recueillir les signatures des usagers qui soutiennent nos actions.

 

La 2x2 voies avait été fermée par les agriculteurs de la région, les usagers étaient donc contraints de redécouvrir l’ancienne 154 et la traversée des villages avec toute l’insécurité qu’ils retrouveront s’ils refusent de s’acquitter du montant du péage de l’autoroute privatisée. Sans oublier le bruit !

 

Au Péage, malgré le fort ralentissement, notre démarche fut généralement bien perçue et des centaines de signatures furent enregistrées.

 

Nous avions aussi organisé des stands d’information avec distribution d’eau fraîche pour les automobilistes intéressés par nos actions et le suivi du projet autoroutier avec son itinéraire précis.

 

Nous avions aussi mis en place un stand « spécial élu(e)s » pour obtenir leur signature sur un registre particulier que nous avons appelé « l’appel des 300 », (élu(e)s, responsables économiques et associatifs) que nous remettrons à madame Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie. Nous avions bien sûr annoncé cet appel par tracts et mails, relayés par le bouche-à-oreille suffisamment à l’avance pour s’assurer de la motivation de nos élus.

 

Outre l’accueil que nous réservions aux élus, la présidente de la FEEL m’avait demandé de préparer en guise de témoignage un dessin en rapport avec la manifestation à remettre aux élus qui se seraient déplacés.

 

Combien de dessins ? Trente ! Grands dieux, je n’en éditais que vingt, les expériences passées m’ont prouvé que c’était largement suffisant et intérieurement je pariais sur cinq au grand maximum.

 

J’avoue, j’ai perdu mon pari, six sont venus, deux maires (Champhol, Fresnay-l’Evêque) et quatre conseillers munipaux. Je les remercie, ils n’étaient pas les plus près de l’événement.

 

Décevant non ?

 

Les maires qui avouent eux-mêmes s’être fait dépossédés de leur commune par les agglomérations ne sont plus capables d’affirmer en public ce qu’ils disent en privé et laissent aux associations ce qu’ils n’osent pas faire.

 

Vivement le regroupement des communes où on pourra enfin être représenté, je l’espère, par des élus aux convictions plus affirmées.

 

Au lendemain du Brexit : Affligeant, n’est-il pas ?

 

Vendredi 24 juin 2016

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :