Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ECHO REPUBLICAIN 10 SEPTEMBRE

Les marcheurs disent non à l'autoroute
Une centaine d'opposants au projet d'autoroute qui traverserait les vallées de la Biaise, de l'Eure et de lAvre ont marché hier matin dans les environs de Garnay.

Jacques Alleli, un marcheur émérite qui habite Vemouillet, ne subirait ni nuisances sonores, ni nuisances visuelles si le projet d'autoroute A154 (dAllaines à Marville-Moutiers-Brûlé et de Marville-Moutiers-Brûlé à Nonancourt) devait voir le jour. N'empêche, hier matin, il a chaussé ses baskets pour participer, en compagnie d'une centaine d'autres marcheurs, à la randonnée orga­nisée par lAssociation gametaise sports et loisirs et l'Association de sauvèrgarde du cadre de vie et de l'environnement de Gamay.   «Je   ne   suis   pas   directement concerné, c'est vrai. Mais ces chemins dans la vallée de la Blaise, entre Garnay et Tréon, puis à Chambléan, tous les marcheurs de la région les fréquentent parce que c'est un superbe coin. Une autoroute ici, ce serait un vrai massacre de la nature ! » 
 
« Nous voulons participer au débat » 
 
A son côté, Olivier Fontaine, lui aussi Vernolitain. Olivier, vététiste, a coutume d'em­prunter ces chemins à travers bois et champs. « Alors, une autoroute au milieu de tout cela, on n'ose pas imaginer », dit-il. Puis, fronçant le sourcil, il ajoute : « Ce projet, je suis contre aussi parce que je vais à Chartres très souvent. Alors, quand ils disent que la route nationale 154, que nous avons déjà payée avec nos impôts, sera mise en péage, .donc payante, là on frise le scandale », ana­lyse le jeune homme.
Route à quatre voies payante, pollution, destruction des sites naturels reconnus au niveau européen (Natura 2000), nuisances sonores, c'est pour protester contre ce que promet le projet d'autoroute A154 que les deux associations garnetaises ont mobilisé hier matin. Détermination et humeur bon enfant : « Nous sommes des gens pacifiques. Qu'en haut lieu, on se rassure : nous ne vou­lons ni barrer les routes, ni nous livrer à des exactions quelconques. Nous sommes apo­litiques, citoyens et démocrates. Et à ce titre, nous voulons simplement participer au débat en toute transparence », a rappelé Ber­trand Thierry, président de lAssociation de sauvegarde du cadre de vie et de l'environ­nement de Gamay
Ce village, comme celui d'Escorpain, plus à l'ouest sur le plateau, prendrait une sacrée cicatrice si l'autoroute venait à passer. A Chambléan, hameau de Garnay d'une qua­rantaine de maisons, le ruban d'asphalte passerait à moins de 400 mètres des habita­tions avant de dégringoler dans la vallée de la Biaise et grignoter les terres du remarquable château gametais. « L'horreur » dit une dame. « Avec le vent d'ouest dominant, on prendrait la pollution en plein nez. » Même les chasseurs protestent : « A Garnay, il y a beaucoup de gibier. On veut le garder », explique Etienne Hallouin.
Pas question pour autant, pour la majorité de ces opposants, « de renvoyer l'autoroute vers Tréon ». Leur espoir ? Le Grenelle de l'environnement qui se tiendra à l'automne. " Jean-Louis Borloo, ministre du Développe­ment durable, vient de recevoir « un dossier très argumenté » contre l'autoroute A154.     
PASCAL BOURSIER
 
Tag(s) : #revue de presse

Partager cet article

Repost 0