Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

COMPTE-RENDU ASSEMBLEE GENERALE ASCVEG 16.10.2008

L’assemblée générale de l’ASCVEG s’est tenue dans une des salles de la mairie de Garnay le jeudi 16 octobre 2008 devant une cinquantaine de personnes. Mmes Françoise Guignard, Joëlle Lusurier, Rosana Chadouin, Mr Daniel Fard maire de Vernouillet, et les représentants de l’AVERN se sont excusés de ne pas être présents.

Le rapport financier est présenté par Bernard Guillemot, trésorier.
Il y a un an et demi, date où l’association a été réveillée ( elle avait été créée par combattre le projet de la ballastière), le solde, qui datait de 1994, était de 424 €, à la date d’aujourd’hui, il est de 444 € .
Les recettes principales viennent des cotisations des 124 adhérents (620 €), le gros poste de dépenses étant celui de la reprographie (418.98 €) dépensé pour beaucoup dans la réalisation de notre dossier et des frais postaux (92.95 €), le reste se répartissant entre les adhésions aux différentes associations et en l’assurance MAAF.
Les différentes manifestations réalisant un équilibre entre recettes et dépenses. A la date d’aujourd’hui, le bilan est équilibré entre les recettes se montant à 985 € et les dépenses à 965.66 €.
Le rapport financier est approuvé par l’assemblée.

Le rapport moral est présenté par Bertrand Thiérry, président.

Depuis un an et demi, l’association s’est remobilisée autour du refus de l’autoroute A 154, mais propose plutôt l’aménagement de la RN 154 et la mise en place du barreau Est, projet déjà approuvé par l’état.

L’asso. s’est organisée autour de 3 axes de travail : - se renseigner - se regrouper - se faire connaître et reconnaître

Se renseigner
 Il a fallu suivre l’actualité, prendre des contacts avec la Cour des Comptes, le Sénat, être attentif aux décisions du Grenelle de l’Environnement, être à l’affût de tout ce qui pouvait toucher de près ou de loin la poursuite de ce projet, le discours officiel étant très simpliste « Il y a le temps !!! il est trop tôt !!! Attendons de voir. » voire inexistant. Nous avons été reçu à la DRE ( Michel Beaur, Georges Lhuillery, Germaine Fraudin de l’AVERN) qui nous a confirmé dans notre intérêt d’être reconnu.

Se regrouper
Contrairement à la ballastière, la lutte contre la mise en place de cette autoroute est plus complexe, cela peut-être le pot de fer contre le pot de terre, d’où la nécessité de travailler à plusieurs et depuis le début, nous sommes en lien étroit et permanent avec les autres associations de riverains telle que l’ Association Contre le Tracé Sud, VIVAVRE et l’association de Marville. Les 4 associations qui ont réalisé, ensemble, le dossier partagent les mêmes vues : pas d’autoroute, une N 154 qui reste du domaine public, la fin de la mise en 2 x 2 voies et l’amélioration de la chaussée existante, ces dernières recommandations étant celles de la Cour des Comptes. Nous sommes aussi en liaison très étroite avec l’AVERN qui, reconnue d’utilité publique, nous ouvre les portes des élus et du ministère. Son action est reconnue au niveau régional.
Nous sommes aussi en contact avec les associations environnementales d’Eure et Loir et France Nature Environnement ( asso qui travaille étroitement avec la fondation de Nicolas Hulot ) ;
Enfin, notre asso. s’ est regroupé avec toutes les associations françaises contre les autoroutes NINA : « Ni Ici, Ni Ailleurs »

Se faire connaître et reconnaître
Le blog. Il reçoit environ 35 visites par jour, plus de 20.000 depuis son ouverture et accueille 240 articles informant la population du suivi du projet. Il est aussi regardé par la gendarmerie, les R.G. et le ministère.
Les pancartes. Depuis le début des pancartes « Non à l’autoroute » ont été réalisées une quinzaine ont été posées et disparues aussi vite, la dernière qui reste se trouve sur la route de Chateauneuf avant de tourner à droite pour descendre sur Garnay.
Organisation et co-organisation de différentes manifestations.
- 2 réunions d’information débat avec les habitants de Garnay et des environs. - Le pot sur le tracé de l’autoroute sur le chemin de Fortisles.
- La marche avec l’AGSL qui a réunit une centaine de randonneurs.
- Les 2 salons de septembre 2007 et 2008 organisés par l’AVERN à Cherisy.
- L’expo « peintures et photos » à la Marmoussette, avec l’aide de Y. Lavault
- La visite de la zone Natura 2000, avec l’AVERN qui a rassemblé plus de 150 marcheurs.
- La journée du patrimoine au château de Garnay qui, par manque d’information, n’a pas eu le retentissement qu’elle aurait du avoir.

Actions et rendez-vous.
Notre dossier a été envoyé au Préfet, à tous les élus locaux, à la presse locale et nationale, à la Cour des Comptes et 2 fois remis en main propre au ministre, Mr Borloo, ainsi qu’à son prédécesseur Mr Juppé.
Des R.V. ont été pris avec tous les élus locaux, notamment Mr le Préfet ( l’ancien), entretien très houleux, à la limite de la correction et le préfet a été très agressif : « L’autoroute sera faite, elle sera à péage, ce n’est pas les euréliens qui la rentabiliseront, ils pourront prendre les voies annexes ».
Rencontres avec tous les candidats aux législatives 2007, paradoxalement, ils sont tous, hormis Mr Hamel, dans le discours, contre le projet.
Les demandes de R.V. auprès de Mms Hamel, de Montgolfier et des sénateurs sont restés sans suite.
Rencontres avec les candidats aux municipales et cantonales . Nous avons entendu dans la plupart des réponses un discours très électoraliste, d’une façon générale, c’est « je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire ». Nous avons archivé tous ces courriers.
Rencontre avec Mr Frard en R.V. et qui est venu à une de nos réunions publiques.
Information auprès de la Commission Nationale de Débat public qui a reçu notre dossier et qui nous a envoyé déjà 2 réponses.
Rencontres au ministère.
Nous avons déjà vu Mr Gauthier, conseiller au transport de Mr Borloo qui nous a confirmé que notre dossier était dans le bureau du ministre depuis juillet 2007 et que si le Grenelle n’avait pas existé le projet serait déjà lancé. Les nouvelles priorités de l’état, en accord avec le Grenelle sont de favoriser les autres alternatives à la route ( ferroutage, meroutage, fluvial), la nécessité de diminuer les émissions de carbone, la sécurisation et l’aménagement des voies existantes, il y a assez d’autoroute sur le territoire. L’état fait passer de 2 milliards d’€ à 500 M d’€ sa subvention aux concessions autoroutières. 
Dans les 6 mois à venir, tous les projets doivent être étudiés afin de définir le nouveau schéma national.
En ce qui concerne la A 154, le péage se ferait sur tout le trajet Allaines - Nonancourt et les travaux se monteraient à environ 800M d’€, hors travaux annexes, c.à.d .hors échangeurs, ronds points, voies d’accès, sécurisation des voies, murs anti-bruit … La concession ne s’engagerait que pour un montant de 600 M d’€, ce qui implique pour les collectivités locales, une dépense de 200 M d’€ !!! . Qui va les payer ?
Rencontre avec Mr Papinutti, directeur des infrastructures de transport. Lui aussi, nous confirme que le projet est en route. Nous attendons un courrier de sa part pour plus de renseignements.

Dernièrement, nous avons fait faire des autocollants et de nouvelles pancartes. Ils sont à votre disposition avec l’adhésion 2009.

Depuis un an et demi, les mentalités semblent changer, dans la pensée collective, l’écologie prend un nouveau virage ; la crise financière, la crise pétrolière, le réchauffement climatique font poser plein de questions et le respect de l’environnement grâce au Grenelle prend une nouvelle valeur. Il est primordial de s’appuyer sur ces valeurs pour combattre ce projet et défendre notre commune, sa vallée, ses champs et ses bois, son calme et sa verdure.

Et maintenant ??? La CNDP devrait être saisie … Il faut participer à cette enquête . Mr Badets, maire de Garnay nous dit que le nouveau préfet l’a confirmé. Il semblerait que les maires des communes rurales ne soient pas favorables au projet qui leur amènera plus de désagréments que d’avantages .

Une discussion s’engage avec la salle : - par rapport aux manques de mobilisation des élus des petites communes … et de leurs habitants. - Par rapport aux différents tracés possibles - Par rapport aux différentes options depuis Allaines … Il est confirmé que ce sont les usagers du nord du département qui paieront pour la route entre Allaines et Chartres, et surtout pour le contournement de Chartres par l’Est. Puisque la N 154 est aménagée en 2 x 2 voies sur sa quasi-totalité entre Chartres et Dreux - Par rapport au financement .
Bertrand parle d’un avocat qui pourrait être contacté pour réaliser un contre projet. Cette action n’est pas gratuite, elle se monterait à 10.000 €. Faut-il lancer une souscription ?.
A l’heure d’aujourd’hui, nous devons continuer de nous mobiliser, réfléchir avec d’autres associations concernées vers Chartres, continuer à faire pression par la presse, par la télévision, distribuer toutes les informations que nous avons en notre possession, organiser une grande réunion d’information sur Dreux ….
Toutes les bonnes volontés et toutes les nouvelles idées sont acceptées.

L’ASCVEG a aussi participé à la réflexion sur le déclassement d’un chemin communal entre Locarchives et la Sofral, ce chemin a été fermé, mais Mr Badets nous dit que, dans l’avenir, il sera probablement réouvert.

L’assemblée générale se termine par les élections au comité directeur ; selon nos statuts, il doit être renouvelé par moitié tous les 2 ans. L’élection concerne donc 11 membres, 5 sont démissionnaires pour raisons personnelles, 6 autres démissionnent et reposent leurs candidatures, n’ayant pas d’autres candidatures dans la salle, ils sont réélus, il s’agit de Françoise Guignard, Joëlle Lusurier, Bertrand Thiérry, Georges Lhuillery, Bernard guillemot, Yves Glayse.


                                             Compte rendu réalisé par Yves Glayse

Tag(s) : #Vie de l'ASCVEG

Partager cet article

Repost 0