Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les antiautoroute A 154 se mettent en ordre de marche pour le débat


VENDREDI SOIR AU BOULLAY-THIERRY. Environ 70 personnes ont assisté à une réunion commune aux associations du Drouais et à Saint-Prest Environnement.
Les associations du Pays chartrain, de la plaine, et du Drouais ont tenu une réunion publique commune, vendredi, au Boullay-Thierry. Elles ont confié à un avocat environnementaliste une étude critique de l'A 154.


Conscients du risque de division porté par un mouvement très dispersé sur le plan géographique, les opposants au projet d'autoroute A 154 se rassemblent. Le pôle « Jouons collectif contre l'A 154 », les associations du Drouais, et Saint-Prest Environnement ont tenu, vendredi dernier, une réunion publique au Boullay-Thierry.

Animée avec pédagogie et mesure, par Didier Berthuy, président de « Jouons collectif », et Bertrand Thierry, de Garnay Environnement, la réunion a permis aux 70 personnes présentes de mesurer l'enjeu de ce débat qui oppose les partisans de la poursuite de l'aménagement de la RN 154 en voie rapide, aux promoteurs de la concession autoroutière. Ayant pour figure de proue, le député, maire UMP de Chartres, Jean-Pierre Gorges, ces derniers mettent en exergue que la concession ferait gagner 10 ans à l'aménagement (notre édition du 9 janvier 2009).

À cela, les opposants rétorquent que l'A 154 aurait six conséquences très négatives :
- la dévastation des vallées d'Avre et de la Blaise
- la transformation des campagnes en un espace bitumé
- la traversée des villages par des camions évitant le péage
- la mise en place d'un péage alors que les contribuables locaux ont déjà payé l'aménagement de la RN 154
- le coût du péage 3 à 4 € soit 160 €/mois, et 1600 €/ an pour les usagers réguliers
- la pollution atmosphérique et sonore

Souhaitant se poser en forces de proposition, les associations soutiennent l'alternative consistant à poursuivre l'aménagement de la RN 154 et à tracer le barreau Est reliant au sud et à l'est de Dreux, la RN 154 à la RN 12.
Ils situent leurs positions dans l'esprit des conclusions du Grenelle de l'Environnement qui soulignaient la nécessité de préférer le ferroutage, le meroutage, ou le transport fluvial plutôt que le transport routier.
Les opposants à l'A 154 ont confié à Me Faro, avocat de W.W.F. et de Greenpeace, le soin de réaliser une tierce expertise économique, écologique, et juridique du projet A 154. Le cap est mis sur le grand débat public qui sera organisé par une commission nationale, en septembre.



Des préconisations et une souscription

Les associations opposées au projet d'autoroute A 154 entendent promouvoir une alternative qu'elles définissent en quatre points :
- poursuite et accélération de la sécurisation et l'aménagement en 2x2 voies de l'intégralité du tracé de la RN 154 2015 vs. 2025 peut-être plus vite avec la taxe poids lourds
- contournement d'Allonnes, Ymonville et Allaines
- contournement de l'agglomération drouaise par l'est et solliciter une étude approfondie pour le secteur Nonancourt, Saint-Lubin, et Saint-Rémy-sur-Avre
- intégrer dans ce projet le développement du transport ferré.

Soucieuses de préparer au mieux le débat public, elles ont missionné un avocat spécailisé, Me Faro, pour une tierce expertise. Afin de financer la démarche, elles ouvrent une souscription. Un compte spécifique a été ouvert pour placer les fonds. Le collectif associatif réunit l'ACTS d'Escorpain, l'ASCVE de Garnay, l'APCV de Marville, Vivavre, et l'Avern.


Blog www.nonalautoroute.over-blog.com
Tag(s) : #revue de presse

Partager cet article

Repost 0