Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 La rep'

Saint-Lubin-des-Joncherets

 Le tracé sud de l'autoroute contesté par l'association «Vivavre»

Mardi soir, dans la salle du conseil municipal de Saint-Lubin, une vingtaine de personnes entouraient le président de l'association de « Vivavre », Hugues Guernez. Il y avait entre autres, Alain Bilbille, maire de Dampierre-sur-Avre, Stéphan Debacker, maire d'Escorpain, Jacques Dujardin, vice-président d'« Ensemble pour la Gâtine », Francine Seugé, présidente de « Non au tracé sud » association d'Escorpain, de Gérard Louwagie, adjoint lubinois et de nombreuses personnes concernées par le tracé.

«Après ces années de silence, nous sommes surpris d'apprendre que le choix du tracé serait déjà fait sans aucune concertation avec les associations en place. Nous serons vigilants au respect des procédures. Nous allons mobiliser la population et nous unir avec toutes les associations voisines contre un projet qui nous apportera que des inconvénients », a déclaré le président Hugues Guernez. L'association « Vivavre » s'est toujours opposée à tous les tracés sud pour de nombreuses raisons: - Le tracé sud est plus long, plus coûteux et illogique. Il n'est pas justifié si ce n'est par des pressions politiques. Mesurant entre 5 à 8 kilomètres de plus, le tracé sud sera parcouru par 35.000 véhicules jour, impliquant une consommation supplémentaire d'environ 80 tonnes de CO2 , toujours plus dommageable à la couche d'ozone.

- Aujourd'hui, le conseil général met en place des mesures de protection de la zone de captage d'eau de Saint-Lubin et le rachat de terres agricoles. Le passage de l'autoroute est un risque important de pollution de la nappe phréatique pour toutes les communes avoisinantes.

- L'impact sur le milieu naturel sera plus important: deux cents hectares de terres et de bois seront détruits. On sait que les arbres et les plantes en général sont les meilleurs absorbeurs de gaz carbonique. Avec ces destructions, l'on diminue les surfaces censées fournir l'énergie renouvelable.

- D'autre part, l'allongement du parcours sera-t-il la solution pour désengorger Saint-Rémy? Les camions et les automobilistes accepteront-ils de payer pour faire un trajet plus long? - Malgré le discours rassurant des élus, les nuisances sonores et visuelles seront très importantes et néfastes à notre bien-être.

- On fait miroiter un possible échangeur qui serait paraît-il un vecteur économique de développement sur le canton et la création d'une zone industrielle. Or beaucoup de zones ont du mal à se remplir. À 1'heure de l'intercommunalité, n'y aurait-il pas de solutions plus économiques? Les habitants de ce quartier de la ville ont l'impression d'être mis devant le fait accompli. Ils entendent bien donner leurs avis et peser sur la décision finale. Ils ont des arguments contre le tracé sud.

Tag(s) : #revue de presse

Partager cet article

Repost 0