Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Au sud du tracé, la population n'est pas plus favorable à l'autoroute .(voir article de l'Echo ci-dessous)

 
Seul Monsieur Vigier la défend.
Normal, nous avions appris par Monsieur De Soras que la demande d'étude venait non pas de l'état mais du "territoire".Du territoire, donc de ses trois députés ...


Extrait du verbatim de la réunion de débat public du 7 décembre 2009  au Ciné Centre de Dreux :


Réponse de Monsieur De Soras, directeur régional de l'équipement région centre à une question de Monsieur Thierry, de l'ASCVEG :


Olivier de SORAS (2 mn) : Il restait une question sur : qui a demandé quoi ? 


Qui a demandé ce fichu aménagement d’autoroute qui nous mobilise tant ?

Sur « qui a demandé » : un certain nombre de réflexions, depuis les années 2000, consistent à dire que pour que la RN154 apporte le maximum de leviers qu’elle peut apporter pour le territoire, c’est un aménagement abouti d’ensembles qui apparaît nécessaire. C’est un peu ce qui a conduit à ce que je vous ai présenté tout à l’heure en disant que quand on regarde ce qui a pu être mobilisé, comment cela a pu être réalisé, on est sur des horizons de réalisation qui sont un peu lointains par rapport aux objectifs que l’on pourrait se fixer pour le territoire.

La demande a émané du territoire, d’un ensemble d’acteurs locaux politiques, économiques, acteurs institutionnels, etc.,
pour dire : « certes, il reste un montant très important d’investissement à mobiliser, cet investissement ne paraît pas tout à fait dans l’épure de ce qui est mobilisable sur les crédits d’investissement public dans les délais que vous souhaiteriez ; que pouvez-vous apporter comme éléments de réflexion ?

Ces premières réflexions ont eu lieu, de mémoire, dans les années 2006/2007 ; je crois que vous citiez différents échanges qu’il y a eu avec ce qui était à l’époque la Direction générale des routes, qui n’existe plus aujourd’hui et qui est la Direction générale des infrastructures de transport. M. Marc PAPINUTTI avait participé à l’une de nos réunions il y a quelques semaines. La question posée à l’Etat est « réfléchissez à toutes les possibilités qui peuvent exister pour voir comment on peut résoudre cette équation : moyens importants et délai court souhaités ».

La demande d’origine est une demande du territoire sur les réflexions qui peuvent être menées pour accélérer l’aménagement de la RN154.
Cette question est posée bien sûr à celui à qui « appartient » le maître d’ouvrage de la RN154, le réseau national dit structurant et du ressort de l’Etat ; c’est donc l’Etat qui a essayé d’amener des éléments de réflexion qui nous amènent au débat public aujourd’hui, sur : comment aménager sous une  autre forme, avec des délais un peu plus courts ?

 

A154 : « La concertation est un leurre »

Lu 62 fois

. Côté des "opposants" de Jouons collectif. - Bord FranÃ?§ois

. Côté des "opposants" de Jouons collectif. - Bord FranÃ?§ois

Après Dreux et avant Saint-Rémy-sur-Avre le 9, puis Chartres le 10, une réunion publique de concertation sur l'aménagement de l'A154 s'est déroulée salle Silvia-Monfort, à Voves, en présence d'un nombreux public, dont beaucoup d'élus.

Abdel Kader Guerza, sous-préfet de Dreux, a introduit les débats en qualité de représentant délégué du préfet de Région, maître d''uvre du projet.

Nicolas Fourray, directeur de la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (D.R.E.A.L.) de la région Centre a pris la parole pour rappeler le but de la réunion : présenter aux auditeurs les différentes hypothèses de tracés au sein de chaque portion de la future voie.

Début 2016

Cette étape de concertation suit le débat 2009\2010 et le comité de suivi. Il s'agit maintenant d'affiner les zones de passage possible à la suite de nombreux paramètres qui ont défini les trajets optimums. Une étape qui prendra fin au cours du premier trimestre 2013 pour une enquête publique fin 2013\2014. Ensuite un décret de concession au début de 2016.

Francis Besnard, maire de Fresnay-l'Evêque, a estimé que la concertation était faussée, car certains documents de la Safer datant de 2009 indiquaient déjà les éléments présentés maintenant.

Les membres de l'association "Jouons collectif " comme ceux de "Saint- Prest Environnement " ont déploré de ne pas avoir été avertis plus tôt de la réunion et regretté de ne pas avoir été destinataires des documents présentés ce soir-là.

Les maires des communes où existe, ou doit exister, une 2x2 voies ont déploré le fait qu'ils vont revoir de nombreux véhicules traverser de nouveau leurs villages. Beaucoup d'intervenants ont indiqué que « la concertation est un leurre » puisque toutes les décisions semblaient prises par ailleurs.

Philippe Vigier a indiqué que ce projet concernait l'ensemble du département et qu'en l'état des finances publiques actuelles, la concession était la seule solution pour qu'il avance. Nicolas Fourray a remercié l'assistance, bien que sachant par avance « qu'il allait recevoir des banderilles » lors de cet exercice mais que c'était là le jeu de la démocratie : « Avançons pour pouvoir choisir. »

François Bord

 

L'Echo Républicain

Tag(s) : #revue de presse

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :