Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Eure-et-Loir > Pays Drouais > Garnay 11/02/13 - 06h00

547 signatures contre l'autoroute A154 remises au maire de Garnay

Lu 93 fois

Françoise Guignard, président de l’Ascveg, échange avec Alain Badets, maire, à droite. - Photo malik laidi.

Françoise Guignard, présidente de l’Ascveg, échange avec Alain Badets, maire, à droite. - Photo malik laidi.

L’Ascveg reprend espoir dans l’attente de la décision de la commission Mobilité 21, qui doit se pencher sur le projet. Le maire a pris acte.

Avec le sens de l'analyse qui sied à un ancien journaliste, Jean Bartier, vice-président de l'Asveg, a vite fait les comptes. 547 signatures dont 363 de Garnay, dans une commune qui a réuni 436 votants au deuxième tour des élections législatives, ça fait du monde et ça fait même 83 % des votants. Incontestablement, la remise des pétitions au maire, samedi matin, a donné, en terme de représentativité, une nouvelle dimension au mouvement d'opposition à l'A 154.

Des enfants symboliques de l'avenir du village

Fin décembre, quelques jours après l'officialisation du tracé du segment Marville-Nonancourt, l'Ascveg (Association de sauvegarde du cadre de vie et de l'environnement de Garnay) avait organisé un petit rassemblement pour dire qu'elle appréciait très moyennement ce "cadeau de Noël". Il faisait froid. Très froid. Et la dizaine de personnes présentes s'efforçait tant bien que mal de faire montre d'une dynamique inversement proportionnelle à la mobilisation. Quelques semaines plus tard, l'association repartait à l'attaque avec les bonnes résolutions inhérentes à une année qui commence. La nouvelle présidente, Françoise Guignard annonçait une campagne de pétition très offensive. Les résultats obtenus, samedi, vont au-delà des attentes de ses initiateurs. Afin de signifier qu'elle se bat avant tout pour l'avenir, l'Ascveg a demandé à trois enfants de remettre les pétitions au maire, Alain Badets. Mattis, 9 ans, Laura, 11 ans, et Élodie, 8 ans, se sont acquittés de cette responsabilité avec grâce. Et c'est dans une ambiance chaleureuse que le maire s'est approché du groupe pour collecter les résultats du porte à porte.

« Je reçois la pétition. Ça a valeur de sondage. En tant que maire, je n'ai pas de pouvoir dans cette affaire mais je transmettrai. Le projet de l'autoroute n'est pas définitivement acté. Il va être examiné par la commission mobilité 21. Si cette commission dit non, nous pourrons nous réjouir. Si elle dit oui, j'agirai en conséquence. J'ai rencontré le sous-préfet, hier. Il a dit qu'il appuierait nos demandes pour être autour de la table… »


En réponse à ce message, Françoise Guignard a indiqué que cette pétition constituait un outil sur lequel l'association s'appuierait pour agir contre l'autoroute et éviter ainsi « le massacre de la vallée ». « Depuis le début, on a dit qu'il fallait aménager ce qui existait. On a payé pour la mise à deux fois deux voies. »

Décision de la commission mobilité 21 en mars ou avril

La présidente de l'Ascveg a ajouté qu'elle était d'autant plus à l'écoute des demandes pour la sécurité du trafic qu'elle avait un souvenir très fort du dernier accident mortel de Marville dont fut victime un enfant de 7 ans. Elle a indiqué également qu'elle comprenait les appréhensions de tous les élus, qui craignent de voir les petites communes envahies par un trafic d'évitement du péage. In fine, elle a fait valoir qu'un projet d'un tel coût était irréaliste dans un État qui n'a plus d'argent. « Il faut régler le point noir de Saint-Rémy et la traversée de Dreux. »

La décision de la commission mobilité 21 est attendue pour le printemps, en mars ou avril. Elle ne va de soi. Loin s'en faut, tant le projet, outre son impact environnemental, comporte des zones d'ombre dans son montage financier. L'Ascveg agit avant tout pour la défense de l'environnement mais elle sait que même dans le contexte d'un projet en concession privée, l'« État en faillite » peut voler à son secours en période de disette budgetaire.

Malik Laïdi

Tag(s) : #revue de presse

Partager cet article

Repost 0