Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les exploitants d'autoroute revoient leur grille tarifaire à la hausse

La semaine dernière, quelques jours avant les départs en vacances d'hiver, les usagers des autoroutes ont dû avoir une mauvaise surprise : les tarifs ont encore augmenté ! Depuis lundi 1er février, donc, plus 10 centimes pour relier Orléans-centre à Bourges sur l'A 71 ; plus 10 centimes également pour Orléans-nord-Tours-centre sur l'A 10, soit 11,80 euros pour ce trajet. Et 9,50 euros pour un Paris-Orléans-nord. En revanche, le tarif pour le voyage entre Paris et Tours-centre n'a pas bougé. Idem concernant les trajets pour traverser l'agglomération orléanaise. Orléans-Courtenay de 12,40 à 12,80 euros.

En fait, la hausse se calcule de façon globale, en moyenne 0,41 % sur le réseau de la société concessionnaire Cofiroute (dans la région : A 10 et A 71) pour les véhicules légers, tandis que les Autoroutes Paris-Rhin-Rhône (APRR) appliquent une hausse de 0,5 % (sur l'A 77). « Pour des raisons de rendu de monnaie, les prix varient par tranche de 10 centimes d'euros. Ainsi, certains montants peuvent ne pas changer », explique-t-on du côté des concessionnaires Cofiroute et APRR.

Sur l'A 19, c'est une autre grille tarifaire qui s'applique, car « ce n'est pas la même concession ni le même modèle économique », affirme-t-on chez Cofiroute. « Pour faire Escrennes-Orléans, je dois maintenant payer 4,90 euros au lieu de 4,70 euros, raconte Arnaud, un usager. C'est effarant pour une autoroute où il n'y a personne ! » La hausse est, ici, en moyenne de 2,1 % pour les véhicules légers ; les tarifs ne changent pas pour les poids lourds. Désormais, il faudra donc débourser 12,80 euros au lieu de 12,40 euros pour effectuer le trajet entre Courtenay-est et Orléans-nord. Ces nouveaux tarifs sont applicables depuis le 1er février.

C'est la première fois, en effet, que toutes les sociétés d'autoroute augmentent leurs prix le même jour. Auparavant, elles le faisaient en ordre dispersé, « laissant parfois à penser que l'autoroute augmentait plusieurs fois par an ». Fixé en fonction du coût de construction de l'autoroute, des frais d'entretien du réseau, de son exploitation, le prix du péage est soumis à l'approbation de l'État. Les fonds perçus servent ensuite à l'entretien des autoroutes, etc. « Pour 10 euros payés, par exemple : 3,50 euros sont des impôts et taxes ; 3,50 euros sont consacrés à la construction, la rénovation, l'élargissement ; 1,50 euro à l'entretien et à la mission de service, entre autres, le paiement des salariés. Et les 1,50 euro restant vont à la société pour le besoin de financement », confie-t-on ainsi du côté de Cofiroute.

Julie Poulet-Sevestre.

"La rep" du 11 février

Tag(s) : #non à l'autoroute

Partager cet article

Repost 0