Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte de la question et de la réponse dans leur intégralité.

Question posée par Bertrand Thierry au nom du collectif le 7 décembre à Dreux.
Extrait du verbatim de cette réunion

"Ouest-France le 2 décembre dernier
rapportait les paroles de M. MONNET, Maire de Tourouvre, élu divers droite, qui présentait une délibération du Conseil Général de l'Orne sur le devenir de la RN154, en tant que président de la commission des routes. L'Orne s'intéresse à notre débat, car un bout de la RN12 irrigue son territoire et est intégré à notre réflexion. A un élu d'opposition qui déclarait : « une fois de plus l'État nous fera les poches avec la mise en concession », Il répondait : « ce n'est pas l'État qui a demandé une autoroute, mais les départements traversés qui l'ont sollicitée ». En février 2007, lors de la réunion à Garnay, au cours de laquelle les élus qui avaient bien voulu répondre à l'invitation de l'AVERN, avaient expliqué le projet pour la RN154, il nous avait été dit que cette autoroute était exigée par l'État. Nous sommes donc fondés à vous poser la question : qui demande réellement cette infrastructure ? D'autant que M. Nicolas GAULTHIER, Conseiller politique de M. BORLOO, nous a dit le 3 septembre 2008 que l'État ne réclamait aucune nouvelle autoroute. Nous voudrions donc savoir à qui nous avons affaire ? La question reste posée : qui est à l'initiative du projet ?"


Réponse de Monsieur De Soras, directeur régional de l'équipement région centre :

Olivier de SORAS (2 mn) : Il restait une question sur : qui a demandé quoi ? 
Qui a demandé ce fichu aménagement d’autoroute qui nous mobilise tant ?

Sur « qui a demandé » : un certain nombre de réflexions, depuis les années 2000, consistent à dire que pour que la RN154 apporte le maximum de leviers qu’elle peut apporter pour le territoire, c’est un aménagement abouti d’ensembles qui apparaît nécessaire. C’est un peu ce qui a conduit à ce que je vous ai présenté tout à l’heure en disant que quand on regarde ce qui a pu être mobilisé, comment cela a pu être réalisé, on est sur des horizons de réalisation qui sont un peu lointains par rapport aux objectifs que l’on pourrait se fixer pour le territoire.

La demande a émané du territoire, d’un ensemble d’acteurs locaux politiques, économiques, acteurs institutionnels, etc.,
pour dire : « certes, il reste un montant très important d’investissement à mobiliser, cet investissement ne paraît pas tout à fait dans l’épure de ce qui est mobilisable sur les crédits d’investissement public dans les délais que vous souhaiteriez ; que pouvez-vous apporter comme éléments de réflexion ?

Ces premières réflexions ont eu lieu, de mémoire, dans les années 2006/2007 ; je crois que vous citiez différents échanges qu’il y a eu avec ce qui était à l’époque la Direction générale des routes, qui n’existe plus aujourd’hui et qui est la Direction générale des infrastructures de transport. M. Marc PAPINUTTI avait participé à l’une de nos réunions il y a quelques semaines. La question posée à l’Etat est « réfléchissez à toutes les possibilités qui peuvent exister pour voir comment on peut résoudre cette équation : moyens importants et délai court souhaités ».

La demande d’origine est une demande du territoire sur les réflexions qui peuvent être menées pour accélérer l’aménagement de la RN154.
Cette question est posée bien sûr à celui à qui « appartient » le maître d’ouvrage de la RN154, le réseau national dit structurant et du ressort de l’Etat ; c’est donc l’Etat qui a essayé d’amener des éléments de réflexion qui nous amènent au débat public aujourd’hui, sur : comment aménager sous une  autre forme, avec des délais un peu plus courts ?




Aucun commentaire, si ce n'est un lien vers un article de février 2007.

"presque tous ont expliqué qu'ils n'y étaient pour rien, qu'il s'agissait là d'un projet imposé par l'État, dont aucun représentant n'était d'ailleurs présent dans la salle." nous a t-on dit en février 2007 !!!

Tag(s) : #non à l'autoroute

Partager cet article

Repost 0