Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

VIH-Garancieres.jpg

 

Villages Infos L'Hebdo 22 février 2013

Garancières-en-Drouais

L’autoroute passera par là

 

Lundi dernier, en prélude à leurs réunions, Raymond Poette, maire de Garancière-en-Drouais et Suzanne Pinard, maire d’Allainville, entourés de leurs conseillers municipaux  ont invité Jacques Lemare, conseiller général de Dreux-Ouest à une séance de mise au point à propos de l’autoroute A 154, et de la grande agglomération.

Françoise Guignard, présidente de l’ASCVEG (association de sauvegarde du cadre de vie et de l’environnement de Garnay)  et trois membres de l’association assistaient à cette réunion.

« Les renseignements, vous les avez par voie de presse. Mais  entre nous, c’est encore mieux », assure le conseiller général.  Avant de poursuivre, « l’Etat  devrait prendre une décision sur le fuseau dans les semaines à venir. Bien sûr, plusieurs fuseaux avaient été proposés, ceci pour étudier toutes les possibilités sur  le tracé de la future autoroute entre Nonancourt et Allaines. Tout ceci était nécessaire  pour que les contestations puissent être émises.  L’option Centre 2 RN 12 a été retenue. (…) Dreux Agglomération et le Pays drouais ont demandé au préfet de bien vouloir  élargir le fuseau de façon à ce que si l’autoroute se fait, elle passe plus près  de Dreux , en fait plus près des Corvées, entre les Corvées et Allainville, par le Bois des Fayaux », explique Jacques Lemare égratignant au passage son collègue le conseiller général de Dreux Sud : « Daniel Frard  est favorable à l’autoroute. Il a voté pour à Dreux Agglomération et au conseil général, et il a fait son arrêté en ce sens »,  affirme Jacques Lemare.

Une question d’argent

« Nous allons réétudier  ce qui se passe au sud de Garnay. Nous le verrons dans les études qui seront faites en 2013. Aujourd’hui,  personne n’est capable  de dire si l’autoroute va se faire. C’est d’abord une question d’argent. Le coût était estimé à 750 millions d’euros à l’époque. L’Etat avait imaginé  concéder cette autoroute. Il restait 100 millions  d’euros à la charge des collectivités, 50% pour le département et 50% pour les collectivités locales. Aujourd’hui, l’enveloppe  a augmenté, la RN 12 est venue se greffer là-dessus,  tout cela sera recalculé et soumis à un appel d’offre. Si l’enveloppe est trop importante, l’Etat et les collectivités locales ne pourront pas suivre. Aujourd’hui, je suis obligé de parler au conditionnel : si l’autoroute ne se faisait pas ce serait dramatique, le Drouais serait considérablement pénalisé car on est à un carrefour  stratégique. Il passe 35.000 véhicules  (entre 10.000 et 15.000 poids lourds) par  jour  du côté de Nonancourt. C’est un bien indispensable à notre développement », soutient Jacques Lemare.

« Les voitures  et les poids lourds ne passeront pas par les voies de substitution. Tout sera fait dans ce sens, la taxe carbone va être une des priorités du département », répond le conseiller général aux  inquiétudes des  élus et des futures riverains.

« La RN 154 n’étant pas aux normes autoroutières, j’espère qu’on ne touchera pas à ce qui a été réalisé. Plus on avance dans le dossier, plus les marges de manœuvres sont difficiles. »

En tant que  responsable de la commission de l’aménagement du territoire, Jacques Lemare demandera un échangeur à Vert-en-Drouais/Louvilliers et des diffuseurs à Saint-Lubin-des-Joncherets, Marville-Moutier-Brûlé, et la vallée de la Saule. Quant à la demande d’autoroute à péage ouvert, à son avis « ce n’est pas gagné ».

« Ce qui serait grave, c’est que le Sud du département estime que pour ce projet, on dépense trop pour le Nord. Mais le département a délibéré pour  une autoroute indissociable  jusqu’à Allaines. La solidarité doit jouer totalement. Nous connaîtrons le tracé définitif fin 2013 » conclut Jacques Lemare.

A.     D.-P.

 

 

Tag(s) : #revue de presse

Partager cet article

Repost 0